Accueil Non classé France Inter détourne encore l’information

France Inter détourne encore l’information

10 min lues
0
6
175

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-du-mardi-29-novembre-2022-9570297

Encore une émission à charge sur l’eau et l’agriculture sans JAMAIS parler du détournement massif et illégal de l’eau douce par les villes hors normes ! en France le recyclage de l’eau est à 0.8%, le jour ou il sera à 100% on ne parlera plus JAMAIS de sécheresse ! Il faudrait réserver les bassines à la mise aux normes des villes et les réserves collinaires à la prévention des inondations et à l’irrigation !

Une bassine évapore 20 à 65% des pluies qu’elle reçoit et pas du volume total, ce qui veut dire qu’il reste tous les ans au moins 20cm de pluie dans les bassines ! A surface égale, une forêt de feuillus évapore DEUX fois plus d’eau qu’une bassine, si on écoute certains « environnementalistes » il faudrait couper tous les arbres pour économiser l’eau …

(Mr Amblard est un imposteur qui ne travaille plus pour le CNRS depuis longtemps …) https://reporterre.net/Les-retenues-d-eau-aggravent-la-secheresse-et-la-vulnerabilite-de-l-agriculture

La plante qui « transpire » le plus au m2 l’été, donc qui climatise le mieux, c’est l’arbre (le feuillu : 300 à 500 litres d’eau par jour, 5000 m3 à l’hectare et par an), il faut au minimum 30 ans pour qu’un arbre soit pleinement opérationnel, en attendant il faut assurer une couverture végétale vivante l’été sur toutes les surfaces agricoles pour évacuer la chaleur (20°c de moins grâce à l’évaporation) et provoquer les pluies. Contrairement aux idées reçues, aucun champ irrigué ne peut évaporer plus d’eau qu’une forêt, il faut replanter des arbres mais une haie dans un champ sec l’été c’est une goutte d’eau dans le désert : c’est avec des champs verts qu’on fait pleuvoir, c’est avec des champs secs qu’on fabrique des déserts sans eau et sans vie.
La Quantité minimale d’eau à évaporer tous les jours est donnée par l’ETP : L’ ETP est donc l’évapotranspiration potentielle, soit le MAXIMUM d’eau (en mm) que peut évaporer le sol et transpirer la plante à condition que le sol soit bien pourvu en eau et que les plantes couvrent uniformément le sol : https://www.supagro.fr/ress-pepites/processusecologiques/co/EquationBilanHydrique.html

Avec l’eau on gère un cycle pas une quantité, l’eau n’est pas consommée mais utilisée, L’eau est recyclable à 100% et à l’infini mais pas en France (0.8%), la seule et unique méthode pour perdre de l’eau douce c’est de la jeter en mer au lieu de la recycler PROPREMENT dans les terres.

L’eau est un bien commun qui commence par la pluie, les villes rejettent 90% des pluies dans la mer via les rivières et épuisent les nappes phréatiques l’été en ne recyclant pas l’eau (et en polluant les rivières …). Pour la ville de Niort le potentiel en eaux usées et pluies dépasse les 40 millions de m3 par an … Pour l’Agglo de Bordeaux c’est 1 million de m3 par jour …
 
Le volume de la bassine de Sainte Soline (720 000m3) ne représente que 0.1% du volume d’eau douce rejeté par la Sèvre Niortaise dans la mer en une année … on ne manque pas d’eau on en jette beaucoup trop et même DEUX fois trop. Une ville comme Poitiers utilise 900 000m3 par an d’eau potable uniquement pour les toilettes …
 
Dans les rapports du GIEC il est clairement écrit qu’il n’y aura pas moins d’eau mais une dégradation dans la répartition annuelle des pluies (inondations et sécheresses) ! Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite…
Après une sécheresse historique il faut mathématiquement se préparer à des inondations historiques !
 
Une pluie, même forte, n’est pas un raz de marée mais elle ne devient AUTOMATIQUEMENT si on ne retient pas l’eau : Retenir en AMONT pour ne pas inonder en AVAL ! Actuellement les rivières françaises rejettent entre 50 et 70% des précipitations (La Sèvre Niortaise est à 75%) alors qu’il ne faudrait jamais dépasser les 30% … ce qui provoque un assèchement mathématique des bassins hydrologiques. Avec 10% du volume des inondations on ne parlerait plus de sécheresse.
.
Avec DEUX fois plus de précipitations on aurait DEUX fois plus d’inondations mais toujours pas assez d’eau l’été. Tous les ans les indemnités sécheresses et inondations coutent des milliards aux contribuables sans parler des vies humaines et de la destruction de la biodiversité.
 
Contrairement aux idées reçues, les deux tiers des précipitations continentales proviennent de la végétation (évapotranspiration) et seulement un tiers de l’évaporation en mer, la végétation ne consomme pas d’eau mais provoque les pluies dans un rapport 2/3  1/3  :  2 litres d’évapotranspiration produisent 3 litres de pluies et c’est aussi pour cela qu’il ne pleut pas dans les déserts ( sources :  https://www.inrae.fr/actualites/nouvelle-representation-du-cycle-leau-integrant-activites-humaines )

pasdeclimatsanseau

Laurent DENISE : formations et expériences professionnelles en : hydrologie, climatologie, météorologie, agriculture, permaculture, agroforesterie, sol vivant les accords de Paris n'ont dangereusement pas pris en compte le principal Gaz à Effet de Serre qui est la vapeur d'eau (60% des effets source GIEC, contre 26% pour le CO2). L'eau de l’atmosphère régule les températures des continents depuis des millions d'années mais cette hypothèse a été écartée dès le début en pensant que les activités humaines n'avaient pas d'impact sur l'eau , or il est maintenant prouvé que la disparition de la couverture végétale des continents (déforestation) coupe le cycle de l'eau et provoque les phénomènes climatiques actuels : inondations, sécheresses, canicules et feux ! Albert Einstein disait : « On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré. » , autrement dit "ne comptez pas sur les écologistes pour régler les problèmes qu'ils ont eux-mêmes générés (climat eau et biodiversité)! Les sécheresses et les inondations ne sont pas des fatalités liées au dérèglement climatique mais le résultat logique d'une très mauvaise gestion des eaux de surface, Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite … Sur les continents, la régulation thermique de l'atmosphère est automatique tant que les surfaces exposées au soleil sont couvertes d'eau ou de végétation, autrement dit : c'est la sécheresse des sols qui provoquent le dérèglement climatique et non pas le dérèglement climatique qui provoque les sécheresses, le climat se dérègle quand les continents ne transpirent plus l'été ! Ce qui tue massivement toute la biodiversité de façon durable ce sont les sécheresses de plus en plus longues : pas d'eau pas de vie ! Les sécheresses de plus en plus longues ont des conséquences monstrueuses qui entraînent l’effondrement accéléré des pollinisateurs, des insectes, des oiseaux, impactent l’ensemble du vivant, y compris la santé humaine ! 1.1 millions d'hectares de prairies en Nouvelle Aquitaine avec des haies et des arbres, sans labour et sans pesticide pourtant tous les étés ce sont des cimetières de biodiversité, même les vieux arbres sèchent ...Une sécheresse c'est juste un manque d'eau l'été, un comble quand on a passé l'hiver les pieds dans l'eau (inondations) sans faire de réserve ...En France ce sont uniquement les "écologistes" qui s'opposent à la construction de réserves d'eau et qui vont même jusqu'à en faire détruire ... cherchez l'erreur ! C'est le climat qui a besoin d'eau et de végétation l'été. Le secret d'un bassin hydrologique en bonne santé c'est sa densité végétale l'été (la référence étant la forêt de feuillus), plus on génère de biomasse plus on augmente le pouvoir de rétention d'eau des sols et donc de filtration, plus la densité végétale est importante et plus on alimente le cycle des pluies.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pasdeclimatsanseau
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Découvrez le salaire dingue de Pierre Moscovici, l’imposteur du Conseil constitutionnel