Accueil Non classé Les conflits d’usage de l’eau

Les conflits d’usage de l’eau

6 min lues
0
0
84

En France si les collectivités et les agences de l’eau respectaient les lois il n’y aurait JAMAIS de conflit d’usage puisqu’il n’y aurait jamais de restriction puisqu’il n’y aurait jamais de manque d’eau !

L’eau n’est pas consommée mais utilisée, la planète n’a pas perdu une goutte depuis sa création et elle est recyclable à l’infini … c’est justement quand on ne respecte pas le cycle global que trop d’eau rejoint la mer et qu’il en manque sur les continents !

Les administrateurs des agences de l’eau sont aussi les élus des collectivités … tout ce petit monde interprète les lois dans leur intérêt sans voir les conséquences ! Le « tout à l’égout » s’est gentiment transformé en  » tout à la rivière » on a pollué les rivières, les bassins ostréicoles et le mers et on a désigné l’agriculture comme bouc émissaire … un magnifique plan qui tombe à l’eau aujourd’hui …

la loi sur l’eau : priorité à l’eau potable, ensuite la biodiversité et enfin l’eau économique.

L’eau potable c’est seulement 1% de la distribution d’eau en France … dans les années 50 on a mis en place toutes les adductions d’eau pour des raisons sanitaires et en aucun cas pour alimenter les toilettes, faire les lessives, laver les voitures ou arroser les jardins). Avant d’avoir l’eau « du robinet » toutes les maisons étaient autonomes (puits réserves source rivière mare) l’eau était rare donc tout le monde faisait attention, l’arrivée du confort a eu pour conséquence d’abandonner tous les anciens systèmes, de consommer plus d’eau sans la recycler (en ville), d’épuiser les nappes phréatiques et confier la gestion de l’eau à des marchands d’eau … Avant l’eau était abondante et précieuse mais gratuite, maintenant qu’elle est payante elle devient rare … comme par hasard !

La biodiversité c’est avant le tout le respect du cycle globale naturel : 10% d’évaporation, 60% d’évapotranspiration et 30% d’infiltrations . Si on prend l’exemple de la Nouvelle Aquitaine , les 30% d’infiltrations des pluies représentent 10 fois la consommation TOTALE (potable agricole et industrie) de TOUTE la région (1.5 milliards de m3) . Donc la végétalisation n’est pas un problème … c’est même la solution ! Les surfaces artificialisées évaporent 10% des pluies, n’infiltrent pas d’eau, gonflent le débit des rivières et pompent dans les nappes (alimentées par les champs) sans recycler  l’eau dans les sols … les champs irriguées respectent à 100% le cycle global et ne prélèvent qu’une partie des infiltrations. Les maisons individuelles en assainissement non collectif ont justement l’obligation de ré-infiltrer l’eau à la parcelle, il faudrait aussi qu’elles construisent des réserves pour la végétalisation.

L’eau économique est recyclable à 100% … est encore une fois ce n’est pas fait, on rejette en rivière ! l’irrigation a été intégré à tort à l’eau économique, la végétalisation n’est pas une question économique mais une question de climat et de survie !

pasdeclimatsanseau

Laurent DENISE : formations et expériences professionnelles en : hydrologie, climatologie, météorologie, agriculture, permaculture, agroforesterie, sol vivant Albert Einstein disait : « On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré. » , autrement dit "ne comptez pas sur les écologistes pour régler les problèmes qu'ils ont eux-mêmes générés (climat eau et biodiversité)! Les sécheresses et les inondations ne sont pas des fatalités liées au dérèglement climatique mais le résultat logique d'une très mauvaise gestion des eaux de surface, Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite … Sur les continents, la régulation thermique de l'atmosphère est automatique tant que les surfaces exposées au soleil sont couvertes d'eau ou de végétation, autrement dit : c'est la sécheresse des sols qui provoquent le dérèglement climatique et non pas le dérèglement climatique qui provoque les sécheresses, le climat se dérègle quand les continents ne transpirent plus l'été ! Ce qui tue massivement toute la biodiversité de façon durable ce sont les sécheresses de plus en plus longues : pas d'eau pas de vie ! Les sécheresses de plus en plus longues ont des conséquences monstrueuses qui entraînent l’effondrement accéléré des pollinisateurs, des insectes, des oiseaux, impactent l’ensemble du vivant, y compris la santé humaine ! 1.1 millions d'hectares de prairies en Nouvelle Aquitaine avec des haies et des arbres, sans labour et sans pesticide pourtant tous les étés ce sont des cimetières de biodiversité, même les vieux arbres sèchent ...Une sécheresse c'est juste un manque d'eau l'été, un comble quand on a passé l'hiver les pieds dans l'eau (inondations) sans faire de réserve ...En France ce sont uniquement les "écologistes" qui s'opposent à la construction de réserves d'eau et qui vont même jusqu'à en faire détruire ... cherchez l'erreur ! C'est le climat qui a besoin d'eau et de végétation l'été. Le secret d'un bassin hydrologique en bonne santé c'est sa densité végétale l'été (la référence étant la forêt de feuillus), plus on génère de biomasse plus on augmente le pouvoir de rétention d'eau des sols et donc de filtration, plus la densité végétale est importante et plus on alimente le cycle des pluies.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pasdeclimatsanseau
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

un orage et on inonde en pleine sécheresse !

« Jusqu’à 60 centimètres d’eau dans certaines rues » La …