Accueil Non classé adaptation de la cigale et la fourmi : Le citadin et l’agriculteur

adaptation de la cigale et la fourmi : Le citadin et l’agriculteur

9 min lues
0
0
69

cigale et foumi

Le citadin ayant jeté tout l’hiver

se trouva fort dépourvu

quand l’été fut venu.

Pas une seule goutte d’eau

de robinet ou de piscine

Il alla crier sécheresse

Chez l’agriculteur son voisin

Lui ordonnant de lui prêter

quelques goutte pour subsister

jusqu’à la saison nouvelle

je vous couperai l’eau lui dit il

Avant l’Aout, plus d’irrigation

sécheresse à l’horizon

L’agriculteur est très généreux

c’est là son moindre défaut.

Que faisiez vous au temps pluvieux ?

Dit il à cet assoiffé .

Nuit et jour à tout venant

je jetais, ne vous déplaise

Vous jetiez? J’en suis fort aise

Et bien ! Vous m’avez tué maintenant.

 1 DETOURNEMENT EAU VILLES

170 000 m3 d’eau distribués en moyenne chaque jour dans la métropole de Bordeaux ( 62 millions de m3 par an … c’est 40 fois le barrage de Sivens …. ) , cette eau douce repart dans la mer après traitement (on garde les boues toxiques pour les champs mais pas l’eau propre …) ! Ils tombent au moins 600 mm de pluie par an sur la métropole de Bordeaux (579km2) soit 300 millions de m3 par an (200 fois le barrage de Sivens) qui repartent à la mer ….

 

Dans la métropole de Bordeaux on a au minimum 362 millions d’eau douce qui rejoint la mer au lieu d’être recyclée ou infiltrée, c’est un million de m3 par jour (un Sivens par jour … ) . C’est 181 000 hectares de maraichage irrigués l’été uniquement en recyclant les rejets de la métropole, de quoi garantir une production qui dépasse les besoins de la métropole … mais non tout repart à la mer et on pompe dans les nappes !

 

Le code de l’environnement impose un traitement et une infiltration de tous les rejets pour ne pas perturber le cycle de rechargement des nappes phréatiques (comme pour les maisons individuelles)… et quand les infiltrations ne sont pas possibles il faut exploiter l’eau pour des usages non domestique comme l’arrosage ! Les rejets en rivières doivent rester exceptionnels pour éviter les pollutions !

Tout est écrit noir sur blanc et depuis longtemps, d’ailleurs toutes les nouvelles zones artificialisées sont aux normes mais les pas les villes …

En nouvelle aquitaine il y a 781 000 hectares artificialisés (toits, béton goudron), avec une pluviométrie moyenne de 700mm par an ça donne 5 milliards de m3 d’eau douce qui n’est ni utilisée ni infiltrée … c’est 3 fois la consommation TOTALE de toute la région (1,5 milliards de m3 pour l’eau potable, l’industrie et l’agriculture) ! Mais surtout c’est 10 fois plus que les prélèvements agricoles dans les nappes phréatiques …. avec 50% des pluies qui tombent sur les ville de la région on pourrait irriguer la TOTALITÉ de la surface agricole utile de la région sans prélever une goutte dans les nappes phréatiques !

Des mesures de restrictions d’eau sont mises en place dans 87 départements … D’année en année le phénomène s’accentue …. sans jamais s’attaquer aux villes qui ne recyclent pas l’eau !

 

En France la consommation totale d’eau (potable, industrie et agricole) ne représente que 2.5% des pluies annuelles …. on serait capable d’envoyer des sondes sur Mars pour trouver des traces d’eau  mais on serait incapable de capter plus de 2.5% des pluies sur terre ????

 

Les sécheresses n’ont rien à voir avec le réchauffement climatique, c’est une juste une très mauvaise gestion des pluies … on ne peut pas passer trois saisons à évacuer massivement la pluie vers la mer et prétendre avoir de l’eau l’été ! Les agriculteurs sont les seuls à avoir le bon sens de faire des réserves d’eau l’hiver pour épargner les nappes l’été … faisons tous des réserves l’hiver, mettons les villes aux normes et on ne parlera plus jamais de restrictions d’eau …

 

La végétalisation des surfaces (agricoles et urbaines) est indispensable l’été pour réguler le climat et sauver la biodiversité, un sol sec c’est un sol mort (la biodiversité des sols étant à la basse de toutes les chaines alimentaires ça explique une grande partie de l’effondrement) ! Les sols se minéralisent essentiellement par une exposition prolongée au soleil brulant de l’été. Sans végétation vivante l’été les sols se dégradent en libérant du CO2 au lieu d’en capturer !

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pasdeclimatsanseau
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

convention citoyenne pour le climat

quand je tombe en panne avec ma voiture j’appelle un garagiste et pas un numéro au h…