Accueil Non classé Tous les ans on bat des records de sécheresse et ça n’a strictement rien à voir avec le dérèglement climatique

Tous les ans on bat des records de sécheresse et ça n’a strictement rien à voir avec le dérèglement climatique

5 min lues
0
0
119

23 septembre 2019, 86 départements en restriction d’eau et 205 arrêtés en cours … (propluvia.fr)

 

Tous les ans (depuis 20 ans ) on bat des records de restrictions d’eau alors que notre consommation globale (potable industrie et agricole ) ne représente que 2,5% des pluies . Comment peut on en arriver là en France en 2019 ?

 

Tout simplement parce qu’ on ne gère pas l’eau comme on gère des paquets de lessive ….

 

Sur la planète la répartition des pluies est la suivante :

 

60% d’évapotranspiration (végétation)

10% d’évaporation

30% de ruissellements internes et de surface

 

Comme on manque d’eau tous les étés dans les nappes phréatiques, les agences ont eu l’idée de réduire la part de la végétation en réduisant les surfaces agricoles irriguées (10% par an depuis 20 ans) , résultat on a de moins en moins d’eau …

Dans le cycle globale de l’eau , 60% des pluies proviennent de l’évapotranspiration, la répartition étant proportionnelle quand vous réduisez la part de la végétation vous avez moins de pluie donc moins d’infiltration donc moins d’eau dans les nappes … Si vous ajoutez à ça l’artificialisation des sols, le rejet en rivière de l’eau des villes (au lieu de la recycler dans les champs) et la destruction des barrages vous avez des inondations l’hiver et des sécheresses l’été … Exactement le scénario actuel où en pleine sécheresse on passe en alerte crues …

 

Techniquement il était impossible de faire pire mais il est donc très facile de faire beaucoup mieux :

 

Ne plus détruire de barrage tant qu’on n’a pas résolu nos problèmes d’eau

Créer des bassins d’expansion des crues pour limiter les inondations, exploiter l’eau ou l’infiltrer

Recycler l’eau des villes conformément au code l’environnement (pour des usages non domestiques comme l’arrosage)

Donner la priorité à l’irrigation et à la végétalisation d’un maximum de surfaces (villes et campagnes) en faisant des réserves l’hiver (par exemple avec les rejets des villes … )

 

Pour avoir de l’eau en profondeur il ne faut pas couper le cycle de surface ; les forets évaporent 70% des pluies, il ne faut jamais descendre en dessous de cette valeur …

 

Cette gestion catastrophique a maintenant de lourdes répercutions sur la biodiversité, sur la minéralisation des sols agricoles exposés au soleil l’été, sur la sécurité alimentaire et sur le budget du pays (indemnités inondations et indemnités sécheresses …) et sur le climat !

 

Il reste très peu de temps pour inverser la situation … en faisant tous des réserves d’eau l’hiver pour épargner les nappes l’été

 

chaleur latente 1 cycle normal eau foret climat comparaison

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pasdeclimatsanseau
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

le cancer qui ronge la France c’est l’administration !

j’ai longtemps cru que les politiques étaient à l’origine de la faillite de la…