Accueil Non classé exemple de la gestion de l’eau à Niort

exemple de la gestion de l’eau à Niort

6 min lues
0
0
78

1 DETOURNEMENT EAU VILLES

En 2018 la ville de Niort a reçu 911mm de précipitations, 911 litres au m2, 9110 m3 à l’hectare, sur une surface artificialisées de 34 km2 (toits, routes, pkg, etc …) ça représente un volume de 30 millions de m3 ! Tout cette eau a rejoint la mer au lieu d’être utilisée ou de s’infiltrer !

Si la ville était une foret, elle aurait évaporé 70% de la pluie et donc infiltré 273 mm, 273mm sur 34km2 ça donne un volume de 9 millions de m3pour les nappes phréatiques …

 

La ville de Niort compte 59 000 habitants (2016) , on compte 150 litres d’eau par habitant et par jour en moyenne, soit 50m3 à l’année par habitant ! Donc une consommation annuelle de 3 millions de m3, autrement dit avec 10% des pluies reçues on couvre la totalité des besoins en eau de la ville.

La ville pompe l’eau dans les nappes phréatiques sans jamais la ré-infiltrer après utilisation et traitement (alors que c’est une obligation pour les maisons individuelles avec assainissement autonome) !

 

Bilan hydrique de la ville de Niort : 30 millions de m3 de pluie détournés du cycle naturel (évapotranspiration, évaporation et infiltration) qui va directement dans la mer, 3 millions de m3 pris dans les nappes phréatiques (sans alimentation des nappes) et il faudrait ajouter les quelques millions de m3 de l’industrie qui rejette aussi l’eau après traitement dans la mer via les rivières !

 

Si on compare la ville de Niort (partie artificialisée 34km2) à un champs de maïs irrigué : d’après l’INRA et la FAO, le maïs utilise 550mm d’eau, soit 5500m3 à l’hectare et par an (350mm de pluie et 200mm d’irrigation) . Donc en 2018, le champs de maïs aurait reçu 30 millions de m3 d’eau, il en aurait utilisé 19 millions de m3 ( 12 millions de pluie et 7 millions d’irrigations) et il en aurait laissé 11 millions dans les nappes phréatiques … 2 millions de plus qu’une foret qui capte 70% des pluies !

 

C’est le climat qui a besoin de végétation et d’eau en surface des continents, l’irrigation ne pose aucun problème puisque les champs infiltrent plus d’eau qu’ils n’en prélèvent dans les nappes, ce sont les villes qui épuisent les nappes phréatiques en détournant l’eau de sont cycle naturel, un simple retour de l’eau des villes dans les champs diviserait par DEUX les prélèvements dans les nappes l’été … donc résoudrait rapidement tous nos problèmes hydrologiques … c’est d’ailleurs écrit noir sur blanc dans le code de l’environnement … mettez les villes aux normes et on ne parlera plus jamais de sécheresse !

 

Pour info, une bassine de 2 hectares fait 200 000 m3 , en 2018 on aurait pu remplir au minimum 165 bassines avec les rejets de Niort … Si la ville avait construit des bassins de rétention et d’infiltration (comme le prévoit la loi) on donnerait l’eau aux agriculteurs et les nappes serait toujours alimentées l’été … et personne ne construirait de bassines !

 

On aura sauvé le climat et la biodiversité quand la France sera verte l’été … comme les forets !

 

 

source : https://www.infoclimat.fr/climatologie/annee/2018/niort-souche/valeurs/07330.htmlnouvelle aquitaine circulation eau synthèse

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pasdeclimatsanseau
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

En France : « Ce sont les hauts fonctionnaires qui décident et il faut déployer une énergie folle pour se faire entendre »

Citation de Olivier Gaillard député du Gard : « Ce gouvernement est à l’i…