Accueil Non classé si on arrète à 100% les émissions de gaz à effet de serre, le climat continuera à se dérégler, parce que personne n’a pris en compte le rôle majeur du cycle de l’eau dans la régulation thermique des continents

si on arrète à 100% les émissions de gaz à effet de serre, le climat continuera à se dérégler, parce que personne n’a pris en compte le rôle majeur du cycle de l’eau dans la régulation thermique des continents

5 min lues
1
2
581
la situation climatique est catastrophique mais pas désespérée …. si demain on arrête à 100% les émissions de carbones fossiles on n’aura toujours pas stabilisé le climat, pour une raison très simple, personne n’a pris en compte le rôle du cycle de l’eau dans la régulation thermique des continents !
Il n’y a pas de canicule en mer pour une raison très simple, la mer a un albédo très faible , elle absorbe pratiquement la totalité du rayonnement solaire (visible et IR) et même si elle se réchauffe un peu elle ne surchauffe pas grâce à une évaporation permanente et auto-adaptative (plus il fait chaud plus il y a d’évaporation) ! sur les continents on fait l’inverse plus il fait chaud plus on essaie de limiter l’évaporation, les sols s’échauffent et se dégradent , on accentue fortement le dérèglement climatique !
La foret stabilise le climat parce qu’ elle continue à « transpirer » l’été grâce à son système racinaire profond, un arbre adulte évapore jusqu’ à 500 litres d’eau par jour l’été (5000m3 à l’hectare et par an ) , ce qui correspond à 70% des pluies, il ne faudrait jamais descendre en dessous de ce taux d’évaporation ! Pour cela il faut entretenir un couvert végétal vivant l’été sur un maximum de surface (villes et campagnes) et il faut mouiller tout ce qui minéral pendant les canicules (les rues des villes par exemple) ! il faut donc augmenter nos réserves d’eau et surtout recycler l’eau des villes (pluies et eaux usées) qui ne doivent plus rejoindre la mer mais retourner vers les champs ! Toute l’eau qui nous manque l’été est passée par chez nous l’hiver …. il suffit d’en retenir une partie !
En nouvelle aquitaine en recyclant seulement 50% des pluies qui tombent sur les villes de la région on pourrait irriguer la totalité de la surface agricole utile et donc diviser par deux les prélèvements dans les nappes phréatiques … la France ne manque pas d’eau mais juste de réserve !

nous avons besoin d’un environnement le plus vert possible l’été pour nous et pour l’ensemble de la biodiversité ! les sols sans végétation exposés au soleil l’été, chauffent fortement (plus de 50°c) et tuent leur biodiversité ! la biodiversité des sols étant à la base de toutes le chaines alimentaires ça explique une grande partie de l’effondrement actuel ! en nouvelle aquitaine, plus de la moitié de la surface de la région est sèche l’été et devient un véritable désert aux conséquences climatiques désastreuses pour tout le monde …

 

1_Bulle deconnectée ville et campagne réchauffement1_Bulle deconnectée ville et campagne agroforesterie albedo mouillé albedo

 

pasdeclimatsanseau

Laurent DENISE : formations et expériences professionnelles en : hydrologie, climatologie, météorologie, agriculture, permaculture, agroforesterie, sol vivant Albert Einstein disait : « On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré. » , autrement dit "ne comptez pas sur les écologistes pour régler les problèmes qu'ils ont eux-mêmes générés (climat eau et biodiversité)! Les sécheresses et les inondations ne sont pas des fatalités liées au dérèglement climatique mais le résultat logique d'une très mauvaise gestion des eaux de surface, Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite … Sur les continents, la régulation thermique de l'atmosphère est automatique tant que les surfaces exposées au soleil sont couvertes d'eau ou de végétation, autrement dit : c'est la sécheresse des sols qui provoquent le dérèglement climatique et non pas le dérèglement climatique qui provoque les sécheresses, le climat se dérègle quand les continents ne transpirent plus l'été ! Ce qui tue massivement toute la biodiversité de façon durable ce sont les sécheresses de plus en plus longues : pas d'eau pas de vie ! Les sécheresses de plus en plus longues ont des conséquences monstrueuses qui entraînent l’effondrement accéléré des pollinisateurs, des insectes, des oiseaux, impactent l’ensemble du vivant, y compris la santé humaine ! 1.1 millions d'hectares de prairies en Nouvelle Aquitaine avec des haies et des arbres, sans labour et sans pesticide pourtant tous les étés ce sont des cimetières de biodiversité, même les vieux arbres sèchent ...Une sécheresse c'est juste un manque d'eau l'été, un comble quand on a passé l'hiver les pieds dans l'eau (inondations) sans faire de réserve ...En France ce sont uniquement les "écologistes" qui s'opposent à la construction de réserves d'eau et qui vont même jusqu'à en faire détruire ... cherchez l'erreur ! C'est le climat qui a besoin d'eau et de végétation l'été. Le secret d'un bassin hydrologique en bonne santé c'est sa densité végétale l'été (la référence étant la forêt de feuillus), plus on génère de biomasse plus on augmente le pouvoir de rétention d'eau des sols et donc de filtration, plus la densité végétale est importante et plus on alimente le cycle des pluies.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pasdeclimatsanseau
Charger d'autres écrits dans Non classé

Un commentaire

  1. pasdeclimatsanseau

    5 octobre 2022 à 13 h 48 min

    Le risque naturel N°1 en France c’est l’inondation, donc l’excès d’eau, depuis plus de 30 ans les experts du climat prévoit une dégradation dans la répartition annuelle des pluies mais pas moins d’eau,  » la seule est unique façon de perdre de l’eau douce c’est de la jeter en mer », si on en manque l’été c’est qu’on en jette trop l’hiver, d’où l’importance de la régulation. La sécheresse 2022 n’est pas encore terminée que nous avons déjà subi les premières inondations, en Nouvelle Aquitaine le bassin versant de la Garonne rejette plus de 50% des pluies, la Sèvre Niortaise est à plus de 75%, quand il ne faudrait pas dépasser les 30%. Comme le précise l’INRAE dans la Nouvelle Représentation du cycle de l’eau : les pluies continentales sont provoquées à 70% par la couverture végétale, mathématiquement si les rejets d’eau douce en mer dépassent les 30% le cycle se coupe puisque la végétation n’a pas assez d’eau pour l’alimenter l’été !

    En Nouvelle Aquitaine, les rejets urbains (eaux usées et pluies : 9.3% du territoire est artificialisé) représentent un volume dépassant très largement les besoins agricoles (plus de 5 Milliards de m3 par an quand les prélèvements dans les nappes phréatiques l’été sont à 500 000 millions de m3). Actuellement les rejets urbains sont trop toxiques pour un usage agricole, ils sont donc dilués dans les rivières ce qui pose un évident problème de pollution et de contamination des rivières jusqu’aux bassins ostréicoles (micro-plastiques, métaux lourds, médicaments, Virus, Bactéries, etc … ). Avec un traitement adapté, les rejets urbains seraient recyclables pour des usages non domestiques comme l’arrosage, cette mise aux normes des collectivités (aucun rejet en rivière pour ne pas perturber le cycle de rechargement des nappes phréatiques et éviter les pollutions) nous garantirait de ne plus manquer d’eau … L’eau est recyclable à 100% sauf en en France 0.8%, le retard est considérable !

    La plante qui « transpire » le plus l’été, donc qui climatise le mieux, c’est l’arbre (le feuillu : 300 à 500 litres d’eau par jour, 5000 m3 à l’hectare et par an), il faut au minimum 30 ans pour qu’un arbre soit pleinement opérationnel, en attendant il faut assurer une couverture végétale vivante l’été sur toutes les surfaces agricoles pour évacuer la chaleur (20°c de moins grâce à l’évaporation) et provoquer les pluies. Contrairement aux idées reçues, aucun champ irrigué ne peut évaporer plus d’eau qu’une forêt, il faut replanter des arbres mais une haie dans un champ sec l’été c’est une goutte d’eau dans le désert : c’est avec des champs verts qu’on fait pleuvoir, c’est avec des champs secs qu’on fabrique des déserts.

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

COP26: «On a enfin installé un marché mondial du carbone»

Moins d’énergie fossile, plus d’électricité … donc encore plus de Nucléa…